2016

LE CORPS COMME une membrane colonisée par une multiplicité de codes, support d’images.

Les révolutions numérique et technologique ont généré un nouvel espace, Internet, sur lequel se (re) joue différemment l’existence humaine. Entre flâneur, chercheur, consommateur, « arboreur », communicateur, le corps de l’usager s’efface, s’oublie tout en captant une multitude de données, d’images qui s’incorporent. La densité physique des corps connectés se dissout dans une absence/présence.

  • PORTANT
    PORTANT
/